Bienvenue cher invité ( Connexion | Inscription )



Fuseau horaire sur UTC+01:00



Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 21 messages ]  1    2    3    Suivant   
Auteur Message
 Sujet du message: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: mercredi 23 février 2011 10:07 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Extrait des DNA du jour
Citer:
La Ville ne veut pas perdre la mémoire

Même si Imperial Tobacco a, semble-t-il, signé une promesse suspensive de vente avec un promoteur immobilier, la Ville de Strasbourg reste maître du jeu. Au moins jusqu’en juillet 2013, date limite de modification du POS. D’autant qu’elle veut faire de la manufacture, mémoire de la Krutenau, un lieu ouvert pour les habitants du quartier.

[...]

Il est vrai que le site est idéalement implanté à un saut de puce du centre-ville, que ses 22 000 m² de « plancher » et que son terrain de 1,4 ha se prête à une belle opération spéculative.

[...]

Certes, l’ensemble appartient à Imperial Tobacco et la multinationale a donc tout loisir de vendre à qui bon lui semble. Le « hic », c’est que la Ville de Strasbourg possède la maîtrise du plan d’occupation des sols. Et que pour l’instant, seule une activité industrielle ou artisanale y est permise. [...] Si la situation se décante pour la fin 2011, on pourra parler d’une issue rapide.

[...]

Une reconversion à des années lumière du propriétaire, plus attiré par une plus-value immobilière. Une promesse de vente suspensive (liée à la modification du POS) aurait en effet été signée avec Scharf immobilier. « Ca ne change rien pour nous, martèle l’adjoint chargé de l’urbanisme. Nous souhaitons transformer ce site en lieu ouvert, où aller, où passer, faire en sorte que les habitants se réapproprient l’endroit. »

Alain Jund dit aussi attendre l’évolution du « plan Campus », avant « d’accélérer et d’affiner la réflexion. »

Le projet de l’Université de Strasbourg prévoit en effet le regroupement de deux écoles d’ingénieurs et de l’IMFS sur un seul site. Or, la surface nécessaire à ce pôle « eau, environnement, géologie » (1) a été évaluée à 20 000 m², sachant aussi qu’Illkirch peut être une autre destination possible.

[...]

Si le dossier semble devoir avancer d’ici l’été, rien n’empêche la manufacture des tabacs d’accueillir d’autres projets en cohabitation avec l’extension de l’Université.

L’immensité du site l’autorise. Et les pistes en phase avec les besoins du quartier ne manquent pas : gymnase pour les écoles, locaux pour l’école de musique, murs d’escalade, ateliers d’artistes etc. Il s’agit d’hypothèses à étudier et à explorer. Mais une chose est sûre : la manufacture ne deviendra pas un haut lieu de l’immobilier avec hôtels haut de gamme ou appartement de luxe.

Patrick Schwertz

(1) EOST, école et observatoire des sciences de la terre, ENGEES, école nationale du génie de l’eau et de l’environnement et IMFS, institut de mécanique des fluides et des solides.
http://www.dna.fr/fr/strasbourg/info/46 ... la-memoire
Un mini bras de fer donc entre la ville et le propriétaire des lieux... Même si ça traine, le lieu a un très bel avenir. Son emplacement et ses bâtiments sont parfaits et trouveront preneurs peu importe le projet.


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: mercredi 23 février 2011 14:47 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: dimanche 02 janvier 2011 18:22
Messages: 370
Site internet: http://de.groups.yahoo.com/group/linewiss/
Localisation: (D) Seligenstadt {autrefois Paris, Strasbourg}

Hors-ligne
... et il est bien desservi par la CTS.

_________________
......................*** Salut bisamme --- Franz ***....................


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: mercredi 23 février 2011 20:00 

Inscription: lundi 14 février 2011 09:39
Messages: 32

Hors-ligne
Je suis bien d'accord.

Là où il est, ce lieu ne devrait pas être "privatisé".

Il doit y avoir bien mieux à faire.

Quand on pense que la Salamandre a fermé !

Il y a tellement de place qu'il pourrait y avoir de multiples projets à vocations très variés.

Il n'y a toujours pas de club de jazz qui se tienne à Strasbourg ?

On pourrait aussi avoir une "Université de Tous les Savoirs" qui s'adresse à tous les âges et pas seulement aux étudiants.

Il doit aussi y avoir des idées à l'international.


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: jeudi 24 février 2011 00:57 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Citer:
Quand on pense que la Salamandre a fermé !
Elle est rouverte depuis quelques semaines déjà ;)


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: jeudi 24 février 2011 10:38 

Inscription: lundi 10 janvier 2011 19:25
Messages: 497
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Citer:
Une reconversion universitaire
L‘ancienne manufacture des tabacs devrait accueillir le nouveau pôle « eau, environnement, géologie » de l’Université de Strasbourg. Mais la reconversion du bâtiment de la Krutenau se veut aussi ouverte à l’extérieur. Une auberge de jeunesse, une résidence étudiante, des ateliers d’artistes...
Image


[...]

Reste donc à occuper les 6 000 m² restants. Et c’est bien là le nœud de la négociation entre la Ville de Strasbourg et Scharf immobilier.
Des logements dans un faible pourcentage

Et selon toute vraisemblance, on s’oriente vers une solution mixte. La municipalité accepterait la construction de logements privés mais dans un faible pourcentage. Aucun hôtel n’est d’ailleurs prévu dans le programme.

En revanche, une auberge de jeunesse et une résidence étudiante devraient faire partie du projet présenté par le promoteur immobilier. Il semble également acquis que des restaurants (dont un bio ?), des bars et des ateliers d’artistes soient également intégrés au site, selon la volonté municipale « d’ouverture vers l’extérieur ».
Fool


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: mercredi 28 septembre 2011 11:01 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Ca fait un moment qu'on en avait pas entendu parler.
Citer:
L'avenir de la manufacture à l'étude

La CUS votera, demain, le lancement d'une étude en vue de la reconversion de l'ancienne manufacture des tabacs, rue de la Krutenau. Pour l'UMP Fabienne Keller, l'objectif de cette étude (350 000 €) est « flou ». Elle réclame que soit confirmée la création d'un pôle universitaire et d'une auberge de jeunesse.

Un mixte public-privé
En décembre 2010, un compromis de vente, toujours en cours, a été signé entre le propriétaire du lieu, Imperial Tobacco, et le Strasbourgeois Scharf Immobilier. Ce dernier a accepté, depuis, de laisser à la ville 17 000 m2 des 29 000 m2 du site. Les négociations se poursuivent. Du côté du promoteur, on ne semble donc pas s'inquiéter de cette étude. « Nous sommes contents d'avoir un maire qui a une vision du projet et dont la parole est ferme », insiste Jean-Sébastien Scharf. Selon lui, la partie pilotée par la ville comprendra bien un pôle universitaire et un local pour l'association du quartier. La sienne mélangera activités et logements. « En rez-de-chaussée, nous voulons recréer l'esprit de la place du Marché-Gayot, avec des bars, des restaurants et des commerces afin de répondre aux envies de ce quartier très étudiant, avance le promoteur. Au-dessus, nous proposerons des logements et une résidence étudiante. Nous comptons aussi ouvrir une auberge de jeunesse internationale en lien avec l'enseigne Beds and Bars. » Un temps annoncée pour 2014, selon nos calculs, la rénovation de la manufacture ne pourra pas être effective avant 2016.
http://www.20minutes.fr/article/795614/ ... ture-etude
P. W.
J'aime beaucoup l'idée de l'esprit du marché-gayot, ça manque à Strasbourg (il y a beaucoup de villes où il y a pleins de placettes comme ça)


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: jeudi 29 septembre 2011 09:20 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Tiens, aux DNA, 2014 c'est limite bon :mrgreen:
Citer:
Reconversion de la manufacture des tabacs: un site à enjeux

Il sera sans doute beaucoup question de l’avenir de l’ancienne manufacture des tabacs aujourd’hui en conseil de CUS. L’occasion de faire le point sur un dossier aux enjeux considérables pour Strasbourg.

Le conseil de communauté se prononce aujourd’hui sur le lancement d’une étude de cadrage, mais aussi de programmation urbaine et architecturale pour la reconversion du site de la manufacture des tabacs.

Après plus de 160 années d’activités, le site se consume depuis juin 2010, date de sa fermeture.
Un pôle universitaire d’excellence

Imperial Tobacco, son propriétaire, a donc décidé de s’en séparer. Et si Scharf immobilier détient une promesse de vente, la Ville de Strasbourg reste au centre des débats puisqu’elle possède la maîtrise du plan d’occupation des sols. Et que pour l’instant, seule une activité industrielle ou artisanale y est permise, au moins jusqu’en juillet 2013, date limite de modification du POS (DNA des 23 et 24 février).

Le lancement de l’étude pilotée par la CUS et conduite par « une équipe pluridisciplinaire désignée suite à une mise en concurrence » sera donc soumis aujourd’hui à délibération.

Elle a pour but d’établir un diagnostic technique du site, d’élaborer un concept programmatique et de définir des scénarios « en terme de composantes, de faisabilité technique, économique et de simulation volumétrique ».

Dans ses orientations, la Ville de Strasbourg a d’ores et déjà arrêté l’implantation d’un « pôle universitaire d’excellence, de recherche, de formation technologique et d’innovation de dimension européenne autour des Géosciences. »

Le projet qui s’inscrit dans la continuité de l’opération Campus se déploie sur 16 000 m² regroupant deux écoles d’ingénieurs, quatre unités de recherche et une unité de service. Reste une superficie de 1 000 m² qui, selon nos informations, devrait être destinée au Cardek, l’association socioculturelle de la Krutenau.
Retrouver l’esprit du Marché-Gayot

Voilà pour la partie pilotée par la Ville de Strasbourg, Scharf immobilier gérant pour sa part 12 000 m² de cet îlot de 1,5 ha presque aussi grand que la place Kléber et dont le pouvoir d’attraction n’a échappé à personne.

« On apprécie vraiment de travailler avec Roland Ries qui s’investit énormément dans ce dossier. Son implication a permis de trouver une place pour le pôle universitaire. Et sa parole vaut de l’or », explique Jean-Sébastien Scharf.

Le promoteur de l’Avenue des Vosges souhaite faire souffler l’esprit du Marché-Gayot sur le futur site de la manufacture des tabacs. « On veut miser sur des commerces de proximité, sur la convivialité des terrasses, L’ancienne manufacture est un point mort au milieu d’un quartier vivant. Le futur site doit devenir un chemin de traversée naturelle, un espace ouvert à tous, mais surtout un lieu où l’on prend plaisir à s’arrêter », souligne le promoteur strasbourgeois qui travaillera avec Denis Paradon, l’architecte concepteur du Rhénus, des « Villas du Parlement » ou de la rénovation de l’îlot du « Printemps ».

Si le rez-de-chaussée du projet fait la part belle aux bars, restaurants et commerces de proximité, l’étage des bâtiments existants devraient accueillir des logements du 2 jusqu’au 5 pièces, tandis qu’une résidence étudiante est également à l’étude.
Le site idéal pour prolonger le cœur de ville

Enfin, Scharf immobilier compte également ouvrir une auberge de jeunesse en association avec le groupe britannique « Beds and Bars » (lire encadré).

Les enjeux urbains, économiques, touristiques, mais aussi quotidiens du futur site de la manufacture sautent aux yeux de tous. Raison de plus pour que le site qui prolongera le cœur de ville soit une réussite.

Mais entre les contraintes administratives (POS, permis de construire) et le début des travaux, il faudra sans doute attendre 2014 pour une livraison dans le courant de l’année suivante.

Patrick Schwertz
http://www.dna.fr/fr/strasbourg/info/57 ... e-a-enjeux


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: jeudi 29 septembre 2011 09:23 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Ah j'ai retrouvé le fameux encadré sur l'auberge de jeunesse. Bonne nouvelle vu qu'on en a perdu isolé, on va en gagner une en hyper centre !
Citer:
« Beds and Bars » préfère Strasbourg à Nice

La future auberge de jeunesse du site de la manufacture se fera en lien avec l’enseigne « Beds and Bars », ce qui garantit à Strasbourg une exposition internationale avec notamment des Américains ou des Australiens, par exemple, qui visitent l’Europe avec l’esprit « sac à dos ».

En effet, le groupe britannique est implanté dans les grandes capitales : Londres, Bruxelles, Berlin, Amsterdam, Prague. En France, « Beds and Bars » fait partie du programme de réhabilitation de la Rotonde (7 millions d’euros) à Paris. Classé monument historique, ce bâtiment situé en face du Bassin de la Villette dans le XIX e arrondissement accueille un bar, une brasserie et des salles privatisables.

« Ils veulent se développer en France, et après Paris, leur premier choix était Nice, mais nous avons réussi à les convaincre de l’intérêt touristique suscité par Strasbourg », se réjouit Jean-Sébastien Scharf.

L’auberge de jeunesse made in « Beds and Bars », dont la capacité n’est pas encore déterminée, sera conviviale et festive. Le rez-de-chaussée accueille un immense bar, tandis qu’au sous-sol, une petite salle est dédiée à des soirées privées avec des musiciens. À l’étage, l’esprit communautaire se retrouvera dans des dortoirs de 4 à 8 personnes avec WiFi gratuit. Les équipes de « Beds and Bars » proposent également un service de restauration avec des hamburgers fait maison.


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: vendredi 30 septembre 2011 12:20 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: samedi 01 janvier 2011 23:16
Messages: 1732
Site internet: http://www.tc-alsace.eu/
Localisation: Strasbourg

Hors-ligne
Eh ben, 3 jours de suite des articles dessus. Le sujet passionne !
Citer:
Manufacture des tabacs : une nécessaire aide à la décision

La manufacture des tabacs, site d’un hectare et demi « à l’ombre de la cathédrale », suscite des convoitises. Il est question d’y installer un pôle universitaire de recherche européen autour des Géosciences. Pour avoir toutes les cartes en main, la CUS va lancer une étude de grande ampleur, avant de décider de son devenir et d’opter pour un projet de reconversion.

Si le dossier a fait parler à l’extérieur de l’hémicycle, il en a été de même hier en conseil de CUS, où un grand nombre d’élus n’avaient qu’un mot à la bouche : « Attention ! ». Tous ont peu ou prou rappelé que le site de l’ancienne manufacture des tabacs est stratégique, qu’il ne faut pas prendre de décision à la légère, vu les enjeux et son histoire.

350 000 euros d’étude

À commencer par le président de la CUS Jacques Bigot : « Le site, qui appartient toujours à Imperial Tobacco, est inoccupé depuis juin 2010. Il s’agit de déterminer sa ou ses vocations et les modalités pour les mettre en œuvre, la direction que la collectivité entend lui donner ».

Parmi les pistes de programmation qui ont émergé, il y a l’implantation d’un pôle de Géosciences sur 16 000 m², soit plus de la moitié du site, qui pourrait être l’élément central, sur lequel pourraient se greffer d’autres activités . Notamment « un lieu ouvert en direction d’un hébergement touristique, social, ou solidaire ».

La première étude de fond devra donc permettre de « cadrer le projet complexe qui s’annonce tant sur la problématique urbaine, que la sensibilité au patrimoine, pour définir la faisabilité, un diagnostic technique, un concept à définir, et des scénarios alternatifs. Cette première étude étant évaluée à 190 000 euros. Les études optionnelles se montant quant à elles à 160 000 euros ».
« Ne pas laisser le privé dicter les besoins de la collectivité »

Alain Jund a lui aussi fait part de son souci de « ne pas laisser un promoteur privé dicter les besoins à venir de la collectivité », a-t-il mentionné, sans citer Scharf Immobilier (qui s’est exprimé dans les DNA d’hier), dans ce site historique du quartier – 160 ans d’activité –, « détenu par un fonds de pension » et « dont nous ne pouvons pas rater la mutation ».

Etant donné que le plan d’occupation des sols « ne sera pas modifié, avant la finalisation et la formalisation du projet », selon la volonté du maire, a rappelé Alain Jund, la puissance publique garde la main sur ce dossier, a-t-il indiqué. L’adjoint à l’urbanisme strasbourgeois, a ajouté qu’il souhaitait que la « mémoire du lieu » reste intégrée au futur projet, que cette étude soit « ouverte » – pour n’exclure aucune hypothèse émise par les acteurs locaux, via un « débat public ». Enfin, « il ne s’agit pas de construire tout, tout de suite et à tout prix » , a-t-il martelé.

« Effrayée par une nouvelle PMG… »

« J’ai été effrayée quand j’ai lu qu’il pourrait y avoir une nouvelle place du Marché-Gayot », a déclaré, pour sa part Michèle Seiler, adjointe du quartier, qui a dit recevoir beaucoup de personnes se plaignant du bruit dans le quartier. « Il faut éviter d’en rajouter, dans l’intérêt des habitants du quartier. » D’ailleurs, a-t-elle poursuivi, « le conseil de quartier (CoQ) et les associations ont produit un cahier des attentes » dans lequel ont été répertoriées les priorités.

« C’est réjouissant de voir que l’université s’intéresse à ce lieu », a pour sa part mentionné Eric Schultz, qui a relevé les trois directions du « cahier des attentes » du CoQ – qui s’était autosaisi du dossier. À savoir : « un lien vers le social, l’intégration d’un équipement public et le volet logement ». Et le conseiller municipal strasbourgeois de soulever le risque de « spéculation immobilière qui pousse les personnes âgées, qui, après avoir vécu pendant 40 ou 50 ans dans le quartier, sont obligés de le quitter pour vivre en périphérie ». Il faut rester « vigilant à l’équilibre sociologique dans le quartier – véritable village en bordure de centre-ville ».

« On ne sait pas qui pilote… »

Fabienne Keller, en revanche a peu goûté la teneur de cette délibération, qui selon l’ex-maire de Strasbourg, n’est pas assez explicite: « On ne sait pas qui pilote. […] Pour 350 000 euros, ce n’est pas une petite étude… », a-t-elle ajouté. Eric Amiet, maire de Wolfisheim, a pour sa part dénoncé le procédé qui consiste à « faire payer cette étude par la CUS », et non par la Ville de Strasbourg. Et ce, en raison « d’un vague dispositif au pôle universitaire ». Même si « le bâtiment est important, pourquoi n’y a-t-il pas eu de subvention versée pour les études du Fort Kléber ? Pour moi, c’est deux poids, deux mesures ! », s’est-il plaint auprès du président de la CUS.

Réponse de Jacques Bigot : « C’est exactement le même dispositif que pour les schémas directeurs. Mais en aviez-vous fait la demande ? » — Oui, a rétorqué Eric Amiet. « Durant ce mandat ? », a enchaîné le président de la CUS, en sachant que la réponse était non. « Ce n’est pas le problème… », a tenté, un peu embarrassé, Eric Amiet. Sans convaincre.

« Méthode de la co-construction »

Quoi qu’il arrive, « la collectivité garde la main », a désamorcé Roland Ries, qui a plaidé pour une « méthode de co-construction, comme pour le projet Malraux-Seegmuller. Je suis content que le CoQ se soit autosaisi du dossier. Maintenant nous avons besoin d’une aide à la décision car différentes options existent sur le site, ainsi que celui de l’ENGEES s’il est libéré. » Mais, a souligné le maire de Strasbourg, « si la Ville et la CUS contribueront au projet, et que l’Université aura sa partie, ce projet ne sera purement public. »

Ajoutant par ailleurs que « la mémoire sera préservée dans la prochaine configuration », tout comme « la maîtrise publique du dossier », qu’il y aura une ouverture mais « pas une place du Marché-Gayot bis, qui pose suffisamment de problèmes »… Enfin, le « comité de pilotage veillera à ce qu’il n’y ait pas de rupture de l’équilibre social du secteur ».

La délibération a été adoptée (sept abstentions, dont Fabienne Keller, Marc Merger et Eric Amiet).

Philippe Dossmann
http://www.dna.fr/fr/strasbourg/info/57 ... a-decision


   
 Sujet du message: Re: [Manufacture des tabacs] L'avenir en question
MessagePublié: samedi 01 octobre 2011 01:15 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: dimanche 02 janvier 2011 15:03
Messages: 174
Localisation: Paris / Grenoble

Hors-ligne
Cette histoire de "pôle des géosciences", ça veut dire que les actuelles écoles (Engees et EOST) déménageraient totalement :?:


   
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 21 messages ]  1    2    3    Suivant   

Fuseau horaire sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas modifier vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Aller:  
cron